Catégorie : MES ROMANS

Mon nouveau roman: Love Isn’t Always On Time

Hello tout le monde!

Aujourd’hui est un grand jour pour moi car avant sa sortie imminente – en version numérique – je vous dévoile enfin le titre, la couverture ainsi que le résumé de mon nouveau roman. Dévoiler son travail de plusieurs mois provoque une multitude d’émotions. De la joie, de l’excitation mélangés à beaucoup de stress et d’appréhension. Voici donc sans plus attendre et en avant-première les infos sur mon cinquième roman.

Le titre:

Love Isn’t Always On Time

(L’Amour n’arrive pas toujours à l’heure)

La couverture:

Le résumé:

    « Quelqu’un a dit que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et je peux vous dire que cela est complètement vrai. Ah ! Pardon. Quelle impolie je fais. Je ne me suis pas présentée. Je m’appelle Nicky Woods et je suis texane.

J’avais dix ans le jour où ma vie a basculé et jamais je n’oublierai ce qui s’est passé lors de cette nuit orange qui m’a séparée de toi, Matthew.

Les talkies-walkies ont cessé de fonctionner et AlFred a cessé de voler. Cet événement m’a complètement bouleversée. Pendant huit ans, j’ai espéré te retrouver mais l’espoir a diminué au fur et à mesure des années.

Une promesse faite à Mamina, un départ pour New York pour réaliser ma « Rêvéalité », à 18 ans une nouvelle vie ne peut que commencer…

Mais ! J’ai découvert le terrible secret de la famille Woods. Et rien depuis cet instant ne compte plus à mes yeux que de révéler la vérité au grand jour et de te retrouver Matthew, et cela, même si je dois me mettre en danger. »

J’espère que « Love Isn’t Always On Time » vous plaira et que Nicky Woods, mon héroïne, vous fera vivre une belle aventure. Amitié, enfance, intrigue, suspense, émotion et Amour, voici les ingrédients de ma romance sentimentale.

En attendant sa sortie, espérant que vous lui accorderez un accueil aussi chaleureux qu’OBSOLESCENCE. Relations programmées, je vous souhaite de vivre votre Rêvéalité.

Avec toute mon affection,

Virginie

PS: N’oubliez pas, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez!

Please follow and like us:

…PARRAIN, Le Magicien: je vous dévoile la couverture…

Hello tout le monde!

Comme annoncé sur ma page facebook Virginie Louboutin, auteure et blogueuse, l’heure est venue de vous dévoiler, en avant-première, la couverture de mon prochain livre, un roman jeunesse destiné aux enfants de 6 à 10 ans. L’illustration a été réalisée par ma binômette: la talentueuse illustratrice Marion Guillon Riout. J’espère du fond du cœur que vous serez aussi fan de la couverture que moi, mon Homme et mes Ladybugs nous le sommes.

Alors sans plus tarder, voici donc dans un premier temps…roulement de tambours… la couverture de cette première Imaginistoire de Milane: 

(suite…)

Please follow and like us:

…Playlist d’OBSOLESCENCE. Relations programmées…

Hello tout le monde,

Aujourd’hui, je vais vous présenter la playlist qui accompagne la lecture d’OBSOLESCENCE. Relations programmées. Lorsque j’ai commencé à écrire les premières pages de ma New Romance, j’ai souhaité donner à chaque chapitre, le titre d’une chanson car la musique est tellement, mais tellement importante dans une histoire à mes yeux. Si vous n’avez pas encore lu ma New Romance ou bien si vous décidez de la relire, je vous invite à écouter ses titres (en cliquant sur les liens en rose) afin de vous imprégner complètement de l’ambiance que j’ai voulu donner, créer tout au long de l’aventure d’Emy. Les voici:

(suite…)

Please follow and like us:

…Nouvel extrait d’OBSOLESCENCE. Relations programmées – Chapitre 6: Oops I did It Again…

Hello les Girls,

Aujourd’hui sur le blog, je vous partage un troisième extrait de ma New Romance OBSOLESCENCE. Relations programmées. Alors installez-vous sur votre chaise, fauteuil, canapé, lit, siège de voiture, lunette des toilettes. Hey! Quoi? Vous n’avez jamais lu dans la pièce à caca?

photo: deblog-notes.com

Enfin bref…, positionnez-vous confortablement où que vous soyez.

Si vous êtes une théïque* anonyme préparez-vous un thé. À éviter si on fait la p’tite com ou la grosse com, on est d’accord hein…

Théïque*: personne complètement accro au thé qui ne peut s’empêcher de boire cette boisson en lisant ne serait-ce que pendant une journée et donne l’impression d’avoir une tasse greffait dans une main.

Bon, j’arrête de vous dire n’importe quoi et je vous laisse lire ce nouvel extrait plus profond cette fois-ci, qui dénonce les comportements ignobles qui ont provoqué de vrais troubles émotionnels chez Emy qui a construit sa personnalité sur son enfance terrible.

(suite…)

Please follow and like us:

…Merci pour vos avis sur OBSOLESCENCE. Relations programmées…

Hello les Freemom, les Freegirls,

Pour celles qui ne connaissent pas encore ma comédie romantique OBSOLESCENCE. Relations programmées, j’ai décidé de partager avec vous les commentaires, les avis de mes lectrices qui naviguent entre Amazon, Facebook, Booknode, etc… . Peut-être que cela vous donnera l’envie de connaître l’histoire d’Emily Johnson. J’en profite d’ailleurs pour remercier mes lectrices du fond du cœur car lorsque l’on est une jeune auteure – avec beaucoup de doutes, les retours sont très importants. En ce qui me concerne ça me booste encore plus. Alors MERCI à vous de prendre de votre temps pour me faire connaître votre avis, votre ressenti.

Voici quelques commentaires:

Si vous voulez passer un bon moment je conseille ce livre. L’histoire et l’héroïne sont attachantes et l’écriture de Virginie Louboutin est fluide et agréable. Les pointes d’humour et le caractère entier d’Emy rendent l’histoire addictive. Bonne lecture.

(suite…)

Please follow and like us:

…2ème Extrait: OBSOLESCENCE. Relations programmées. Chapitre 5: Alejandro…

Hello les GIRLS,

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’ OBSOLESCENCE. Relations programmées est désormais disponible à la vente en version papier sur Amazon, en cliquant sur ce lien. YOUHOU! YOU-HOU-HOU! Je suis tellement contente que je suis en train d’exécuter un double salto arrière suivi d’un flip avant et d’une rondade superbement maîtrisée…, enfin…, dans ma tête, parce que j’ai le cul collé à ma chaise pour vous écrire cet article et parce qu’à part la rondade, je suis incapable de le faire…hihihi!!!).

Alors pour l’occasion, je vous dévoile aujourd’hui un autre extrait de ma comédie romantique qui se situe au chapitre 5. Chaque chapitre étant le titre d’une chanson, celui-ci s’appelle Alejandro – en cliquant sur le titre vous serez dirigés si vous le désirez vers la chanson de Lady Gaga qui m’a accompagnée tout au long de l’écriture de ce chapitre.

Situation: Emy est avec Alejandro, une de ses conquêtes en CCDD – Conquêtes en Contrat à Durée Déterminée – à l’hôtel « Ritz Carlton », Central Park, New York.

  

 

OBSOLESCENCE. Relations programmées

5. Alejandro

La chambre réservée, nous partons vers les ascenseurs où le liftier nous attend. Nous n’avons rien à faire. C’est lui qui appuie sur le bouton correspondant à notre étage. Les portes refermées, Alejandro me regarde intensément. La tension sexuelle présente dans cet espace de 3 m², est palpable. Il se rapproche de moi mais je recule.

—      Nan, nan ! Minute ! Plus que quelques secondes à attendre Monsieur Pressé ! Dans la chambre.

—      Vite alors ! Qu’il monte vite cet ascenseur ! lâche- t-il.

Cela doit lui sembler être un supplice d’attendre sans me toucher à cet instant. Mais j’aime contrôler les choses. C’est moi qui décide ! Une phrase de ma mère décédée vient à mon esprit :

—      « Emily jolie, mon Emy chérie, lorsque tu seras plus grande, garde toujours le contrôle de ton corps, de tes pensées, de ton être. N’oublie jamais cela ! » me disait-elle le regard couleur arc-en-ciel.

J’aurai pu m’amuser à la maquiller aux couleurs des jolies crinières des licornes mais, ce n’est pas moi qui lui donnais ce regard blessé aux couleurs du spectre lumineux.

Mon souvenir terminé, je reviens au moment présent. Même si nous savons pertinemment tous les deux que nous allons finir par coucher ensemble, j’aime susciter le désir. Et je le fais maintenant, dans cet ascenseur. Je commence à enlever mes talons à la semelle rouge le plus élégamment possible sans le quitter du regard, puis je les lui donne. Il sourit et ne bouge pas. Mes mains positionnées en arrière, d’un jeu d’épaules sexy et glamour, ma veste glisse le long de mes bras. Experte. Je suis devenue experte en la matière grâce à Georgia, spécialiste de l’effeuillage chic et sensuel du Midnight Club. L’ascenseur s’arrête. Nous sommes arrivés à notre étage. Les portes s’ouvrent. Alejandro, impatient à l’évidence, amorce le pas en direction de la chambre. Il marche presque jusqu’au bout du couloir puis s’arrête d’un coup lorsqu’il se rend compte que je ne suis pas derrière lui. Il se retourne. Je suis toujours dans l’ascenseur. Alejandro revient sur ses pas.

—      Tu fais quoi Mademoiselle PneuCrevé ? s’interroge le mâle chargé de testostérone.

—      Si tu veux qu’il se passe quelque chose entre nous cette nuit, dépêche-toi ! C’est maintenant ! Dans trois secondes, j’appuie sur le bouton pour fermer les portes de l’ascenseur.

Alejandro, surpris, est désormais bouillonnant d’adrénaline. Il marche de plus en vite. Je le regarde, il me regarde. Il est vrai que nous ne sommes que des étrangers mais des étrangers qui ce soir sont attirés l’un par l’autre. Les portes commencent à se fermer. Sur le point de se rejoindre, la suite des événements dépend de cet instant, uniquement de cet instant. Est-ce qu’il va réussir à entrer dans l’ascenseur ou va-t-il échouer? Il ne reste plus que dix centimètre d’ouverture dans lesquels je n’entraperçois plus qu’un coté de son visage et une partie de ses doigts qui ont réussi à s’interposer. Juste à temps. La fermeture de l’ascenseur s’annule. Il s’ouvre à nouveau. Alejandro ravi, esquisse un sourire. Il entre à l’intérieur.

—      Bien joué, lui lancé-je.

Il appuie sur le bouton de fermeture. À mon tour, j’appuie sur le bouton « Stop » pour bloquer l’ascenseur –  plus beaucoup de monde les utilise à cette heure-ci.

—      Au fait, tu ne m’as dit ton prénom ? me chuchote- t- il à l’oreille.

—      Tu n’as pas besoin de le savoir, je n’ai pas envie que tu dises mon prénom Alejandro, je veux juste que tu m’embrasses tout de suite.

Il s’exécute. Les portes se referment complètement, nous laissant seuls profiter d’un corps à corps fougueux.

Tous droits réservés. Copyright. Virginie Louboutin. 2017

Voilà pour le second extrait les GIRLS. J’espère qu’il vous a plu et qu’il vous donne envie de connaître l’histoire d’Emily Johnson.

Passionnément vôtre!

À tantôt…

Please follow and like us:

…Sortie d’OBSOLESCENCE. Relations programmées, en version Kindle…

Hello tout le monde,

Voici le moment tant attendu pour les lecteurs qui lisent via un support numérique:

OBSOLESCENCE. Relations programmées est enfin disponible en version kindle ici sur Amazon – Danse de la joie! Timing idéal pour le weekend – et je peux vous dire qu’Emily Johnson vous attend de pied ferme pour vous faire découvrir New York, vous présenter sa famille et ses amis. Préparez-vous à vivre à 100 à l’heure, à sourire, rire, verser une larme et peut-être, sûrement même, à vous attacher à elle car on ne peut pas ne pas aimer Emy…

Ah! Et j’oubliais, pour que ça se passe bien avec elle, voici un p’tit récap de 50 nuances de doigts d’honneur – ne me remerciez pas, ça me fait plaisir les Girls.

…Le temps commence à décompter…

Programmement vôtre!

À tantôt…

PS: La couverture a quelque peu changé, la voici:

…Prochaine étape, la version broché…

Please follow and like us:

…Extrait: OBSOLESCENCE, Relations programmées par Virginie Louboutin…

Hello les Freemom,

Aujourd’hui, je vous partage en exclusivité – avant sa sortie – un extrait de ma comédie romantique: OBSOLESCENCE. Relations programmées. Et comment vous dire? Mon cœur bat la chamade, il tachycarde. Ma tête est pommée. À certains moments elle est remplie, c’est le bordel et à d’autres moments elle est vide, c’est le néant. Mes jambes font les cent pas – c’est bien, l’OMS recommande 10 000 pas/jour pour se maintenir en forme. Super! Je les fais « Finger in the nose ».

Preuve à l’appui:

Ma conscience bipolaire me parle – appelez-moi Jeanne d’Arc. Tantôt elle me dit: C’est bien Virginie, t’as bien bossée, ton histoire est bien, aie confiance, ne lâche rien, continue! Et tantôt elle me dit: C’est NUL, bouhhh, tu crois quoi? Arrête!

Bon en gros, vous l’avez compris, je suis en STRESS total!

Mais je suis une battante, je suis une Freemom, je suis une rêveuse et comme les proverbes le disent: « Qui ne tente rien à rien! » ou « Quand on ose, on se trompe souvent. Quand on ose pas, on se trompe toujours » – Maman Louboutin sort de mon corps!!! Alors sans plus attendre voici un premier extrait du premier chapitre d’OBSOLESCENCE. Relations Programmées.

Chaque titre de chapitre correspond à une chanson. Le premier s’appelle: New York, New York. Je vous propose de cliquer sur le lien pour une p’tite visite guidée et gratuite de la ville avec la voix mythique de Frank Sinatra. Allez! Venez avec moi! Je vous emmène à New York les GIRLS! Rien de tel pour vous plonger dans l’univers d’Emy avant de lire ses aventures…

OBSOLESCENCE. Relations programmées

1. New York, New York

 

—      « Tu ne feras jamais rien de ta vie. Tu n’es qu’une moins que rien, comme ta mère ! Et regarde-moi quand je te parle, hurle-t-il en me postillonnant à la figure.

Regarde-le Emy, regarde-le avant qu’il ne te frappe, pensé-je. Je sais pertinemment que je dois le regarder mais je n’y arrive plus. Regarder ce monstre qui me sert de père les yeux dans les yeux m’est aujourd’hui impossible. Alors que j’aperçois du coin de l’œil, son énorme main se diriger vers ma joue encore marquée de la veille, je sursaute. »

—      Putain ! Encore un mauvais rêve, murmuré-je.

Malheureusement, j’en ai l’habitude. Je m’étire et me retourne. Oh vite, quelle heure est-il ? Je dois absolument partir avant que Josh, heu Paul, heu non Marc…, oh merde ! Mince Machin – remarquez que j’ai tout de même mis une majuscule – ne se réveille. L’horloge indique 6h du mat’, et je dois être au travail à 6h30. Je suis large, mais il ne faut quand même pas que je traîne. Je me relève doucement puis descends du lit sans faire de bruit. Et flûte ! Où est-ce que cet idiot a lancé mes fringues ? Me voilà à la recherche de ma robe Liberty et de ma veste en jean. Heureusement que j’ai ma petite culotte. Heu attends Emy…, moment de panique, est-ce que je l’ai ? Je me mets les mains aux fesses pour vérifier. Textile détecté. Ouf ! Cool, ça fait ça de moins à chercher. Je regarde par terre, sur la chaise, près du lit. Ah, les voilà ! Je m’habille rapidement, enfile mes Doc Martens sans les lacer, attrape mon sac, sors de la chambre et ferme la porte délicatement. Je sursaute.

—      Tout va bien Mademoiselle ? me demande la femme de chambre de l’étage.

—      Oui, oui, tout va bien. Merci.

C’est sûr qu’avec mes cheveux ébouriffés, mes chaussures délacées, et mon maquillage qui se rapproche plus du style panda que du smoky eyes, ça peut poser question. Je cours vers l’ascenseur et appuie sur le bouton d’appel. Pfff, qu’est-ce qu’il est long ! Je n’ai pas le temps de l’attendre. Je prends les escaliers. Je dévale les marches et me cogne l’épaule contre un mec.

—      Eh ! Mais vous ne pouvez pas faire attention ? crié- je.

—      Mais je vous renvoie la question, Mademoiselle.

Là, tout de suite. J’ai deux solutions qui s’offrent à moi : soit je le remets en place direct, soit je me speede car je vais vraiment finir par être à la bourre. N’ayant plus de temps à perdre, j’opte pour la deuxième sans oublier bien sûr, action très importante, de lui jeter un regard révolver avant de continuer mon chemin.

J’arrive au parking. Je grimpe sur mon vélo et roule. À cette heure, il y a peu de circulation. Le soleil est en train de se lever, quel veinard, celui-là ! Les rues de New York sont…, comment dire pour vous les décrire au mieux en un mot ? Ça y est, j’ai trouvé : jaunes ! Jaunes ? Oui jaunes car la plupart des véhicules sont les taxis New-Yorkais. Je continue de pédaler quand soudain, une portière de voiture s’ouvre juste devant moi. Je l’évite de justesse mais ne manque pas d’insulter le conducteur.

—      Les rétroviseurs, ça existe, CONNARD !

Non mais ! J’ai failli embrasser le sol. J’ai déjà assez à faire avec les mecs ! Grande adepte des doigts d’honneur, je lui en envoie un simple pour clôturer ce moment. Je longe Times Square puis arrive enfin à mon taf. Je regarde ma montre. Une pensée traversant mon esprit m’inquiète soudainement.

—      Merde ! m’écrié-je.

Tous droits réservés. Copyright. Virginie Louboutin. 2017

Voilà les Freemom, voici un premier extrait de ma comédie romantique. J’espère qu’il vous donne envie de découvrir la folle et aventureuse vie d’Emily Johnson, appelée Emy, new-yorkaise de 24 ans au caractère bien trempé! Si oui, laissez-moi un commentaire, ça me fera énormément plaisir.

Newyorkement vôtre!

À tantôt…

PS: N’hésitez pas à partager cet article. J’ai besoin de vous…, MERCI!

Update: Mon livre est sorti et vous pouvez le retrouver ici: OBSOLESCENCE. Relations programmées.

Please follow and like us:

…La couverture d’OBSOLESCENCE. Relations programmées…

Hello les Freemom,

Après vous avoir dévoilée le titre et le résumé de ma comédie romantique, il est temps maintenant de vous faire découvrir la couverture d’OBSOLESCENCE. Relations programmées.

Choisir une couverture n’est vraiment pas simple car c’est ce que le lecteur voit en premier. Elle doit à la fois correspondre à l’histoire, au personnage principal, être attrayante et donner envie aux lecteurs d’ouvrir le livre. C’est beaucoup de recherches et beaucoup de questions.

Pour OBSOLESCENCE. Relations programmées, je souhaitais donc une couverture qui corresponde complètement au titre – normal!!! – et à Emy, jeune new-yorkaise de 24 ans qui multiplie les CCDD – Conquêtes en Contrat à Durée Déterminée . Si vous ne connaissez pas le résumé, filez faire un tour sur mon avant-dernier article les girls.

Allez, j’arrête de parler enfin d’écrire…, et je vous laisse découvrir la couverture pendant que moi je fais une syncope de peur qu’elle ne vous plaise pas…

…Tadaaa…

Cette couverture, bon ok « CE TORSE » masculin – aïe aïe aïe, il est canon quand même – avec les mains d’Emy qui l’agrippent et le timing qui défile au niveau du cœur, reflète vraiment le caractère de la jeune femme blessée par son passé douloureux qui ne croit pas en l’Amour.

Alors les GIRLS, elle est bien ou elle n’est pas bien?

Romantiquement vôtre!

À tantôt…

PS: Comme d’habitude, n’hésitez pas à partager car cette histoire pourrait plaire à quelqu’un de votre entourage. Et puis rendez-vous à l’étape suivante pour vous dévoiler un premier extrait…

Vous serez là?

Please follow and like us:

…OBSOLESCENCE. Relations programmées…

Hello les Freemom,

Et bah voilà, ça y est…, on y est. Il n’est pas encore sorti mais je vous dévoile en exclusivité le titre de mon troisième livre, ma première comédie romantique:

OBSOLESCENCE. Relations programmées

Si vous aimez les comédies romantiques telles que Bridget Jones, Coyote Girls, Pretty Woman, Ghost et bien d’autres…, alors ce livre peut vous plaire. Pour en savoir un peu plus sur l’histoire de cette romance mêlant humour, passion, une pointe mais juste une p’tite pointe d’érotisme – utile pour cerner mon personnage principal, suspense, énigme, danger et Amour, je vous laisse faire connaissance avec mon héroïne, Emy.

Résumé:

Salut, je m’appelle Emily Johnson mais tout le monde m’appelle Emy. Je suis une New-Yorkaise de 24 ans. Je suis mariée, j’ai un enfant, une belle maison, un chien et un super job. La belle vie quoi !

Nan ! Mais nan ! On rembobine, et on recommence !

Salut, je m’appelle Emily Johnson mais tout le monde m’appelle Emy. Je suis une New-Yorkaise de 24 ans. Jusque-là tout est vrai. Mais la belle vie que je vous ai racontée avant, ne correspond en rien à la mienne ! Nan ! Du tout ! Ma vie à moi, elle est complètement bordélique.

Je ne suis ni mariée, ni pacsée, ni en couple. Nan ! Beurk ! Moi, je multiplie les CCDD – les Conquêtes en Contrat à Durée Déterminée. Je vis en coloc avec Lara, ma collègue et meilleure amie française. Je travaille la semaine à mi-temps au salon de thé, le Five O’Clock et effectue l’autre mi-temps pendant le weekend au bar du célèbre club lounge le Midnight Club avec mon meilleur ami Alex qui est totalement gay. J’ai une sœur plus âgée que moi de quatre ans qui se prend pour ma mère, un beauf qui travaille tout le temps et je suis tata de deux paires de jumeaux.

Je suis une nana qui aime faire la fête, ma boisson préférée c’est le Mojito, j’kiffe dire des gros mots et je connais plusieurs déclinaisons du doigt d’honneur. D’ailleurs, je suis sûre que je vous battrais à ce petit jeu !

Ouais, ça c’est moi ! Une jeune femme libre qui décide où, quand, comment, combien de temps et avec qui – mais toujours accompagnée de mon compagnon maudit! Tomber amoureuse pour moi c’est comme voir voler des cochons, autrement dit, it’s not possible ! Bon, June – ma psy, vous dirait certainement que mon comportement dépend de mon terrible passé qui a pris en otage mon cœur le jour où je n’ai plus entendu battre celui de ma mère et elle aurait raison de vous le dire mais je ne peux pas faire autrement.

Enfin…, jusqu’à ce qu’il arrive !

Alors, est-ce que ça vous donne envie de le lire? Dites-moi oui, dites-moi oui!!!!

Romantiquement vôtre!

À tantôt pour la découverte de la couverture…

Please follow and like us: